La notation des problèmes d'échecs

Vous ne comprenez pas la solution d'un mat ? Et pourtant, vous savez déplacer les pièces sur un échiquier, vous savez lire et écrire une partie en notation algébrique ! C'est tout à fait normal ! La notation utilisée pour décrire la solution d'un problème d'échecs prend quelques libertés avec la notation algébrique pure. Si vous ne connaissez pas, ou pas complètement, la notation algébrique, je vous invite à lire Les échecs de 1. à #.

Les solutions simples

Dans un certain nombre de cas, la solution d'un problème s'écrit en notation algébrique pure. Par exemple : 1.Bf6# où les blancs matent en déplaçant leur fou en f6 ; avec 1.Rxd5+ cxd5 2.Nd3+ exd3 3.f4# nous avons encore une notation simple car les coups des noirs sont forcés. Ils n'ont qu'une solution pour contrer l'échec, jusqu'au moment où les blancs les acculent au mat.

Dans d'autre cas, les noirs peuvent avoir plusieurs réponses possibles au coup des blancs. Mais, quoi qu'ils jouent cela ne change en rien la ligne de jeu des blancs. Dans ce cas plutôt que de noter toutes les réponses possibles des noirs, il suffit d'utiliser un joker : .... En voici un exemple : 1.Qh3 ... 2.Qh8#. Ici, après 1.Qh3, les noirs peuvent jouer ce qu'ils veulent, ils n'empêcheront pas 2.Qh8#.

Le début de la difficulté

Malheureusement, les cas que nous venons de voir ne se rencontrent que très rarement dans les solutions des problèmes d'échecs. Souvent, après le coup des blancs, les noirs ont plusieurs réponses possible, et à leur tour, les blancs devront s'adapter au coup des noirs. Pour noter ce genre de réponses, on indente la notation en allant à la ligne à chaque coup de même niveau :

1.Kc6
  1...Kb8 2.Qb7#
  1...Kd8 2.Qd7#

Ici, les blancs jouent leur roi en c6, laissant l'initiative aux noirs. Après 1.Kc6, les noirs peuvent répondre par 1...Kb8 ou 1...Kd8. Dans le premier cas, les blancs matent par 2.Qb7#, et dans le deuxième cas, ils matent par 2.Qd7#.

Certains problèmes peuvent avoir plusieurs solutions. Dans ce cas, les différentes solutions sont décrites sur plusieurs lignes. Chaque ligne commençant par 1. correspond au début d'une solution.

1.Rxh7+ Nxh7 Nf7#
1.Nf7+ Nxf7 2.Rxh7#

Quand ça se complique...

Les solutions des problèmes de mats ne sont pas toujours aussi simples et esthétiques que celles que vous avez pu voir ci-dessus. Que se passe-t-il quand des Oui, mais... interviennent ? Imaginons que les blancs jouent 1.Rh5 menaçant 2.Qxh7# quelle que soit la réponse des noirs. Mais, si les noirs jouent 1...gxh5, les blancs ne peuvent plus mater par 2.Qxh7#, ils doivent alors mater par 2.Qf6#. La solution complète s'écrit :

1.Rh5 ... 2.Qxh7#
  1...gxh5 2.Qf6#

Bien entendu, il est possible d'avoir plusieurs exceptions à une ligne de jeu. Il suffit alors d'écrire autant de lignes d'exceptions que nécessaire. Dans l'exemple suivant où les noirs peuvent gêner le plan des blancs (1.Qg6, 2.Qh7#) en jouant 1...fxg6 ou 1...Bf5, la solution s'écrit :

1.Qg6 ... 2.Qh7#
  1...fxg6 2.Ng6#
  1...Bf5 2.Nxf7#

... pour simplifier l'écriture

Nous avons déjà vu l'utilisation du joker ... quand toutes les réponses possibles des noirs entraînent la même suite de coup pour arriver au mat. Dans certains cas, les noirs peuvent répondre par différents coups dont la suite est la même, tout en étant différente de la ligne de jeu principale. Ces différents coups des noirs sont regroupés sur une même ligne d'exception.

Je sais, l'explication à l'air un peu compliquée, mais avec l'exemple suivant, vous allez voir que, en réalité, c'est assez simple. Ici, le plan des blancs est 1.Rg1, 2.Qg2#. Les noirs peuvent s'y opposer par 1...Bb7 ou 1...Qb7 ou encore 1...Qb8. Les deux premières réponses des noirs entraînent le même coup des blancs pour arriver au mat : 2.Rc1#. Elles s'écrivent sur une même ligne d'exception 1...Bb7, Qb7 2.Rc1#. Elle peut également s'écrire 1...Bb7 (or Qb7) 2.Rc1#. La solution finale de ce mat s'écrit :

1.Rg1! ... 2.Qg2#
  1...Bb7, Qb7  2.Rc1#
  1...Qb8 2.cxb8=N#

Dans le même ordre d'idées, si plusieurs coups des noirs entraînent la même réponse des blancs et que ces coups sont similaires, il n'est pas intéressant de tous les lister explicitement. Il vaut mieux les regrouper avec un autre caractère joker : ?. Ici le plan des blancs est 1. Rc3!, 2.Rh3#. Les noirs peuvent s'y opposer par 1...Nd3 ou 1...bxa1. Avec ce dernier coup, les noirs amènent leur pion sur la case de promotion. Malheureusement pour eux, quelle que soit la pièce de promotion choisie, rien n'empêche les blancs de mater par 2.Rc1#. Par conséquent, plutôt que d'écrire toutes les promotions possibles 1... bxa1=Q,bxa1=R,bxa1=B,bxa1=N 2. Rc1#, on écrit simplement 1... bxa1=? 2. Rc1#. Ce qui nous donne :

1. Rc3! ... 2.Rh3#
  1... Nd3 2. Bxg2#
  1... bxa1=? 2. Rc1#

Avec des cas particuliers

Etudions maintenant les exceptions qui confirment la règle. Prenons le cas de la promotion que nous venons de voir. Il peut arriver que seules deux, des quatre promotions possibles, constituent une ligne d'exception. Il n'est donc pas possible de noter le coup 1... c1=? qui serait faux, et 1... c1=Q,c1=R est juste, mais un peu long. Ici le coup s'écrit 1... c1=Q/R. Soit simplement :

1. Nd2! ... 2. Nf1#
  1... c3 2. Qd4#
  1... Nh2 2. Ng2#
  1... c1=Q/R 2. Qe4#

Observons maintenant la solution suivante d'un mat :

1.Ra8+ Kxa8 2.Qa2+
  2...Kb8 3.Qa7+ Kc8 4.Qc7#
  2...Qa6 3.Qxa6+ Kb8 4.Qb7#
  2...Qa4 3.Qxa4+ Kb8 4.Qa7+ Kc8 5.Qc7#
  2...Qa5 3.Qxa5+ Kb8 4.Qa7+ Kc8 5.Qc7#

Elle est tout à fait correcte, mais elle peut être simplifiée. Nous voyons qu'après 1.Ra8+ Kxa8 2.Qa2+, les noirs ont quatre coups possibles. Les deux dernières lignes sont étrangement semblables. Les noirs bloquent provisoirement, l'échec de la dame blanche avec leur dame (en a4 ou en a5). La riposte des blancs est évidente, ils prennent la dame noire avec leur propre dame.

Nous pouvons donc écrire 2...Qa4 3.QxQ+ au lieu de 2...Qa4 3.Qxa4+ puisque le coup précédent des noirs indiquait le déplacement de leur dame en a4. De même, nous pouvons simplifier 2...Qa5 3.Qxa5+ en 2...Qa5 3.QxQ+. Ce qui nous donne :

1.Ra8+ Kxa8 2.Qa2+
  2...Kb8 3.Qa7+ Kc8 4.Qc7#
  2...Qa6 3.Qxa6+ Kb8 4.Qb7#
  2...Qa4 3.QxQ+ Kb8 4.Qa7+ Kc8 5.Qc7#
  2...Qa5 3.QxQ+ Kb8 4.Qa7+ Kc8 5.Qc7#

Nous pouvons appliquer maintenant ce que nous avions vu précédemment pour obtenir la forme finale de la solution :

1.Ra8+ Kxa8 2.Qa2+
  2...Kb8 3.Qa7+ Kc8 4.Qc7#
  2...Qa6 3.Qxa6+ Kb8 4.Qb7#
  2...Qa4, Qa5 3.QxQ+ Kb8 4.Qa7+ Kc8 5.Qc7#

A vos mats !

Voilà ! Vous savez tout... Vous savez au moins lire la solution d'un mat écrite en notation algébrique condensée. Et maintenant ? Il vous faut de la pratique ! Trouvez les solutions des problèmes de mats et écrivez-les !

Author: Bruno Berenguer

Bruno's
Chess Problem of The Day

Connection

Register | Password

Search

Navigation

Bruno's
Chess Problem of The Day

Home » Chess Articles » La notation des problèmes d'échecs
Jump to US site of Bruno Chess Problem Bruno Chess Problem en français
ICRA Label XHTML 1.0 - W3C Validate

(c) 2000-2017  My-Free-Games.com .. Privacy PolicyAll rights reserved. Reprinting, other using of materials of this site requires a reference to it or to the author.